28 septembre 2023

Résumé de la réunion de haut niveau des Nations unies sur la couverture sanitaire universelle (2023)

La réunion de haut niveau des Nations unies sur la santé publique en 2023 a été l'occasion de renouveler l'engagement en faveur de la santé publique et d'ouvrir la voie à l'action et à l'investissement.

La réunion de haut niveau des Nations unies sur la "Couverture sanitaire universelle : élargir notre ambition pour la santé et le bien-être dans un monde post-COVID" a eu lieu le 21 septembre 2023 à New York. Il s'agissait d'un moment important pour les dirigeants du monde de s'engager à nouveau dans le programme critique de réalisation de la santé pour tous d'ici 2030.

Au cours de la réunion, les États membres ont unanimement reconnu que la couverture sanitaire universelle (CSU) est fondamentale pour atteindre tous les Objectifs de développement durable (ODD) - non seulement ceux liés à la santé et au bien-être (ODD 3), mais aussi ceux liés à l'éradication de la pauvreté, à l'accès à l'éducation, à l'égalité des sexes, au changement climatique et à l'édification de sociétés pacifiques et inclusives.

La déclaration politique qui a été adoptée lors de l'ouverture de la réunion peut être utilisée pour identifier une voie à suivre pour assurer la santé et le bien-être des personnes partout dans le monde et pour corriger le cours de l'action pour les milliards de personnes qui n'ont pas accès aux services de santé ou qui sont confrontées à des difficultés financières pour y accéder. Les États membres ont réaffirmé leur engagement à prendre des mesures nationales clés, à réaliser des investissements essentiels et à renforcer la coopération internationale et la solidarité mondiale au plus haut niveau politique afin d'accélérer les progrès vers la mise en place d'une santé universelle pour tous d'ici à 2030, en utilisant une approche fondée sur les soins de santé primaires.

Dans leurs déclarations, les États membres ont convergé sur l'importance de l'UHC pour atteindre l'équité, l'égalité des sexes, le changement climatique, la sécurité sanitaire, l'innovation et la santé numérique. Tous ces éléments sont au cœur du programme d'action du Mouvement pour la santé universelle, qui fournit un ensemble de recommandations politiques orientées vers l'action que les dirigeants des pays devraient mettre en œuvre pour renforcer les systèmes de santé résilients et équitables, faire progresser la couverture sanitaire universelle et la sécurité sanitaire, et assurer la santé pour tous d'ici à 2030.

Mais plus que le réengagement, c'est l'action qui importe. "Les résultats d'une réunion de haut niveau ne suffisent pas à eux seuls à tenir nos engagements en matière de protection et d'amélioration des droits et de l'accès aux services de santé pour tous, en particulier pour les filles, les femmes, les personnes de sexe et de genre différents et de nombreux autres groupes en situation de vulnérabilité", ont déclaré les coprésidents du comité directeur de l'initiative UHC2030 dans leur communiqué publié à l'issue de la réunion.

L'urgence d'agir est évidente au vu des données stupéfiantes. Au moins 4,5 milliards de personnes, soit plus de la moitié de la population mondiale, n'étaient pas entièrement couvertes par les services de santé essentiels en 2021. Deux milliards de personnes ont connu des difficultés financières, et plus de 1,3 milliard ont été poussées ou aggravées dans la pauvreté en essayant d'accéder aux soins de santé de base - une dure réalité d'inégalités croissantes affectant les personnes dans des contextes vulnérables.

Lespartenaires et les groupes d'intérêt d'UHC2030 peuvent être fiers d'avoir contribué à faire entendre les voix et les points de vue de diverses parties prenantes, y compris des acteurs non étatiques, dans le cadre des préparatifs de la réunion de haut niveau des Nations unies sur la santé universelle pour tous. Leur participation à l'audition multipartite de mai 2023 a permis de transmettre des messages qui ont influencé la négociation de la déclaration politique entre les États membres. L'élaboration conjointe de l 'Agenda d'action du Mouvement pour la santé universelle a également permis aux défenseurs de la santé universelle de parler d'une seule voix et de partager des messages cohérents avec les dirigeants politiques.

La réunion de haut niveau était composée d'un segment d'ouverture, de deux panels, d'une session plénière et d'un segment de clôture, résumés ci-dessous.


Segment d'ouverture

M. Dennis Francis, président de la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies, a souligné que "le fardeau croissant des dépenses personnelles est devenu un obstacle important à l'accès aux soins de santé dans le monde entier. En développant les interventions de soins de santé primaires, les systèmes nationaux de soins de santé peuvent mieux couvrir les coûts des services de santé essentiels... Nous devons nous concentrer sur les services aux plus vulnérables. Il a ajouté que "renforcés de cette manière, les systèmes de santé pourraient mieux aider les communautés à répondre aux chocs et à s'en remettre, tout en évitant un recul des résultats en matière de santé".

Amina J. Mohamed, vice-secrétaire générale des Nations unies, a fait une déclaration au nom d'António Guterres, secrétaire général des Nations unies, en se référant aux dernières données sur les indicateurs de santé publique universelle. "Il s'agit d'une tragédie à grande échelle pour les droits de l'homme. La couverture sanitaire universelle vise à remédier à cette injustice. La bonne nouvelle, c'est qu'il est possible de couvrir chaque personne dans le monde. Mais cela nécessite une action urgente et ciblée dans deux domaines clés. D'une part, les gouvernements doivent investir dans des systèmes qui répondent aux besoins des communautés par le biais d'une approche de soins de santé primaires. D'autre part, nous avons besoin d'un financement massif. Les pays en développement ne peuvent pas payer la facture seuls. J'appelle les pays à soutenir généreusement la relance des ODD afin d'augmenter le financement du développement durable pour atteindre au moins 500 milliards de dollars par an, y compris les investissements dans les systèmes de santé."

LeDr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, a déclaré : "En fin de compte, la couverture sanitaire universelle est un choix - un choix politique. La déclaration politique que les pays ont approuvée aujourd'hui indique clairement qu'ils font ce choix. Mais ce choix ne se fait pas seulement sur le papier. Il se traduit par des décisions budgétaires et politiques. Et surtout, il se fait en investissant dans les soins de santé primaires, qui constituent la voie la plus inclusive, la plus équitable et la plus efficace vers la couverture sanitaire universelle".

LeDr Axel van Trotsenburg, directeur général du Groupe de la Banque mondiale, a déclaré : "Nous devons faire du renforcement des systèmes de santé la priorité numéro un... et donner la priorité à l'efficacité des dépenses de santé". Il a déclaré que "nous n'avons pas seulement besoin d'engagements, mais aussi d'investissements et de budgets pour cela", ajoutant que "c'est la manière la plus intelligente de se préparer aux prochaines pandémies".

Rebecca Akufo-Addo, première dame du Ghana, a déclaré : "Faisons le choix politique de la couverture sanitaire universelle", observant que "le monde ne fait pas assez pour atteindre la couverture sanitaire universelle, y compris dans les pays développés où les écarts d'accès aux soins persistent". Elle a exhorté "les pays développés à aider les pays en développement à distribuer des médicaments génériques".


Groupe 1 : Qu'est-ce qu'une approche de soins de santé primaires et pourquoi est-ce important ?

Les déclarations des panélistes et les interventions des participants ont réaffirmé que les soins de santé primaires, une approche du renforcement des systèmes de santé centrée sur les besoins des personnes, constituent l'un des domaines d'investissement les plus efficaces pour accélérer les progrès vers l'UHC, en particulier pour les populations les plus vulnérables. En plaçant les personnes au centre des systèmes de santé, cette approche met l'accent non plus sur la maladie et le traitement, mais sur la promotion de la santé et la prévention. Les avantages de la technologie pour garantir l'accès aux services de santé essentiels, en particulier en temps de crise, ont également été mentionnés.

  • M. Francis Omaswa, Directeur exécutif du Centre africain pour la santé mondiale et la transformation sociale, a déclaré que "les systèmes de santé devraient maintenir les gens en bonne santé, avec leur pleine participation, comme un devoir et un droit". Il a ajouté que cela nécessitait la mise en place de structures dans le système de santé afin d'impliquer les personnes et de mesurer ce que nous faisons en termes de participation des personnes à la création et à la promotion de leur propre santé.
  • Mme Neda Milevska-Kostova, Présidente du conseil d'administration de l'Alliance internationale des organisations de patients, a déclaré que les soins de santé primaires sont "le seul moyen de garantir aux patients l'accès au système de santé le plus holistique et le plus intégré [y compris les soins et la prévention des maladies]", mais que le système de santé doit tirer des enseignements de l'expérience des personnes et des patients.
  • M. Jagan Chapagain, Secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a souligné l'importance d'une approche axée sur les soins de santé primaires pour atteindre l'objectif de la santé universelle et veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte, en temps de crise comme en temps de stabilité. "Les systèmes de santé résilients axés sur les soins de santé primaires - avec suffisamment de travailleurs de la santé et de soignants bien formés, une capacité de collecte de données et des services de santé de base qui fonctionnent bien - sont mieux préparés pour prévenir les urgences sanitaires et y répondre", a-t-il déclaré.
  • Mme Gabriela Cuevas Barron, coprésidente de UHC2030, a indiqué que le renforcement des systèmes de santé sur la base d'une approche des soins de santé primaires - qui est centrée sur les personnes - peut être un message puissant pour regagner la confiance du public et renforcer l'engagement de la communauté. Elle a ajouté que les parlementaires ont un rôle essentiel à jouer par le biais de la législation qui doit garantir la couverture universelle ainsi que le financement. "Le véritable amour ne se manifeste que dans les budgets. S'il n'y a pas d'argent pour la couverture universelle, il faudra être prudent la prochaine fois que l'on votera", a-t-elle déclaré.

Panel 2 : Aligner nos investissements pour la santé dans un monde post-COVID

Les déclarations des panélistes et les interventions des participants ont mis l'accent sur le financement public, une plus grande priorité accordée à la santé dans les budgets gouvernementaux et des investissements plus intelligents, reconnaissant que la réalisation de la santé universelle pour tous d'ici à 2030 nécessite un investissement substantiel du secteur public. Cela implique que les parlementaires jouent un rôle clé dans l'approbation des budgets de santé et le contrôle de leur mise en œuvre, et qu'il est nécessaire d'orienter les investissements dans la bonne direction en écoutant les communautés, en particulier les groupes marginalisés et vulnérables. Des références à des processus menés par les pays qui alignent le soutien des donateurs sur un plan, un budget et un cadre de suivi uniques ont également été mentionnées.

  • LeDr Mercy Mwangangi, Coprésidente du groupe de pilotage de l'avenir des initiatives en matière de santé mondiale (GHI), a parlé de l'importance de l'alignement sur les priorités nationales et d'une collaboration plus étroite pour une utilisation plus intelligente de l'argent. La réalisation de la vision de l'avenir des initiatives mondiales en matière de santé nécessite "une évolution de l'écosystème des initiatives mondiales en matière de santé, qui pourrait inclure l'abandon des subventions à court terme au profit d'investissements à plus long terme, plus prévisibles et donnant la priorité au renforcement des institutions locales", a-t-elle déclaré.
  • Sania Nishtar, Membre du Sénat du Pakistan, a parlé du rôle important des parlementaires. "Le budget est une opportunité, où le pouvoir réside dans la traduction des politiques en mise en œuvre à travers l'approbation et la supervision du budget". Elle a recommandé de libérer l'espace fiscal pour la santé publique universelle (par exemple des subventions aux combustibles fossiles, des subventions non ciblées qui profitent à l'élite, des coûts administratifs et des frais généraux) et de sortir des sentiers battus (par exemple en réorientant les investissements, en réaffectant les taxes affectées existantes ou les nouveaux prélèvements sur les secteurs aisés, et en maximisant l'efficacité). Elle a également suggéré d'envisager des actions de lobbying, ajoutant que "nous devons faire pression sur les partis politiques au moment des élections afin qu'ils intègrent la santé publique universelle dans leurs programmes, plutôt que de nous adresser uniquement aux gouvernements, qui ont probablement déjà fixé leurs priorités".
  • Werner Hoyer, Président de la Banque européenne d'investissement, a mentionné l'importance d'impliquer les institutions qui peuvent exercer un effet de levier sur les fonds publics limités. Il a évoqué la collaboration entre la Banque européenne d'investissement, la Commission européenne et l'OMS, qui combine assistance technique, expertise locale, subventions et investissements à des conditions avantageuses pour les soins de santé primaires, ajoutant que "la santé publique est un excellent cas d'investissement, avec des avantages pour la société... mais nous avons besoin de meilleurs modèles et de partenariats sérieux". Des partenariats à un niveau plus élevé sont indispensables".
  • Mme Inger Ashing, Directrice générale de Save the Children, a parlé du rôle de la société civile dans le renforcement de la confiance et de la transparence en organisant des espaces participatifs et en mobilisant les communautés. "Si nous [la société civile et les gouvernements] ne travaillons pas ensemble pour faciliter la participation sociale aux soins de santé, à la gouvernance et au financement, nos investissements risquent de ne pas être efficaces et de nuire à l'accès équitable à la santé, qui est au cœur de la santé publique universelle", a-t-elle déclaré.

Session plénière

La session plénière a été marquée par les interventions de 123 gouvernements, dont 10 chefs d'État ou de gouvernement.

Regardez l'enregistrement ici.


Clôture de la session

M. Dennis Francis,président de la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies, a résumé les principaux débats comme suit :

"Dans le premier groupe de discussion, nous avons reconnu que la santé universelle est fondamentale pour optimiser la santé et le bien-être. Mais elle contribue également à mettre fin à la pauvreté et à soutenir l'éducation, l'égalité des sexes et les sociétés pacifiques et inclusives... Dans le panel 2, nous avons reconnu que la réalisation de la CSU d'ici 2030 nécessite des investissements substantiels du secteur public et une action accélérée de la part des gouvernements et des partenaires."

Ses remarques finales ont également souligné qu'il y a un coût à ne rien faire et ont appelé les États membres à "mettre la santé à la portée de tous et à créer un avenir plus radieux de paix, de prospérité, de progrès et de développement durable, en ne laissant personne de côté."


Sélection d'événements UHC2030 avec des partenaires

Vers une CMU plus résiliente, équitable et durable en 2030 : un toast à la mise en œuvre de la déclaration politique sur la CMU de 2023 - Quatrième réunion annuelle du Groupe des amis de la couverture sanitaire universelle et de la santé mondiale, en partenariat avec UHC2030

Cette réception du 21 septembre a rassemblé 200 parties prenantes, dont des représentants des États membres au niveau ministériel, des représentants de haut niveau des agences des Nations unies et des partenaires d'organisations de la société civile, pour célébrer l'adoption de la déclaration politique sur la CSU et partager des actions et des témoignages inspirants sur l'accélération des progrès vers la CSU d'ici à 2030. L'événement s'est conclu par l'annonce officielle de la campagne de la Journée de la santé universelle de cette année, La santé pour tous : le temps de l'action, qui souligne la nécessité de prendre des mesures immédiates et tangibles à la suite de l'adoption de la déclaration politique et exhorte les dirigeants à adopter des politiques qui garantissent un accès équitable aux services de santé essentiels, sans difficultés financières.

Lisez notre résumé de l'événement ici.

Agenda pour l'équité entre les sexes : une année charnière pour le personnel de santé

UHC2030 a co-sponsorisé cet événement organisé par la France, l'Argentine, Women in Global Health, l'OIT et Rabin Martin le 19 septembre. Il a été l'occasion de discuter de la formulation relative au personnel de santé incluse dans les déclarations politiques de 2023 sur UHC et la prévention, la préparation et la réponse aux pandémies, et de définir les prochaines étapes pour faire progresser l'équité entre les sexes dans le personnel de santé aux niveaux mondial, régional et national.

Lancement virtuel du rapport mondial de suivi 2023 par l'OMS et la Banque mondiale

Le 19 septembre, UHC2030 a contribué à ce lancement virtuel , qui a présenté les commentaires de la société civile sur les résultats afin de mettre en évidence leurs points de vue sur les progrès vers l'UHC et les appels à l'action pour les gouvernements.

Débriefing et session stratégique après la réunion de haut niveau

Le 22 septembre, des défenseurs de la société civile issus d'un large éventail de domaines de la santé se sont réunis pour une séance de bilan et de stratégie organisée par le mécanisme d'engagement de la société civile (CSEM) pour UHC2030, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et le Global Health Council (Conseil mondial de la santé). Plus de 70 défenseurs des droits de l'homme ont participé à cet événement et ont partagé leurs plans de plaidoyer après la réunion de haut niveau.

Ressources

Perspectives des partenaires

Autres nouvelles

20/02/2024
17/02/2024
06/02/2024

La campagne de la Journée de la couverture santé universelle...