17 février 2024

Déclaration des coprésidents de CSU2030

Photo de deux agents de santé avec une mère et son bébé

Alors que les chefs d'État se réunissent à Addis-Abeba pour la 37e session ordinaire du sommet de l'Union africaine (UA) les 17 et 18 février, nous appelons à une action audacieuse en matière de santé et de couverture santé universelle (CSU). Les travaux récents de l'UA montrent que les dirigeants africains reconnaissent l'importance de la CSU pour le continent. La réalisation de la CSU d'ici 2030 est un objectif stratégique de la Stratégie africaine de la santé 2016-2030, et l'UA a mis en œuvre des mesures audacieuses pour faire de cet objectif une réalité. En déployant le programme des agents de santé communautaires et des initiatives connexes, les membres de l'UA renforcent le personnel de santé, qui constitue l'épine dorsale des systèmes de santé africains. En mettant en œuvre les recommandations de la réunion des dirigeants africains de 2019: Investir dans la santé, les pays du continent ont également renforcé leurs investissements nationaux dans la santé. En 2024, 23 pays africains ont augmenté leurs dépenses de santé en pourcentage du PIB par rapport aux niveaux de 2023, se rapprochant progressivement de l'objectif ambitieux de 5 %.1

Mais malgré ces actions audacieuses, la situation en Afrique reste désastreuse : 615 millions de personnes, soit environ la moitié de la population du continent, ne bénéficient pas des services de santé dont elles ont besoin. Et environ 97 millions de personnes sont confrontées à des coûts de santé catastrophiques lorsqu'elles doivent payer pour les services de santé.2 Ce ne sont pas seulement des chiffres ; ils représentent la lutte quotidienne de milliards de personnes dans le monde qui se voient refuser le droit à la santé, au bien-être et à la dignité. Il s'agit notamment des femmes et des jeunes filles qui ont été les plus durement touchées par les récentes épidémies infectieuses ou les événements liés au changement climatique.

En réalisant la CSU, les pays pourraient atténuer cette lutte. La CSU signifie que tous les individus ont accès à l'ensemble des services de santé de qualité dont ils ont besoin, au moment et à l'endroit où ils en ont besoin, sans difficultés financières. La CSU est essentielle à la réalisation de la santé pour tous et de l'équité en matière de santé. La CSU fondée sur des systèmes de santé résilients et équitables est également essentielle pour que les pays soient en mesure de faire face aux défis et aux menaces sanitaires - y compris ceux découlant du changement climatique, des conflits, des crises humanitaires et d'autres urgences sanitaires.

Alors que les chefs d'État se réunissent au Sommet de l'UA, nous exhortons les dirigeants africains à rappeler l'importance de la CSU dans leurs délibérations. Lors de la réunion de haut niveau des Nations unies sur la CSU en septembre 2023, les pays ont réaffirmé leur engagement à accélérer les progrès vers la réalisation de la santé pour tous d'ici 2030. Le moment est venu de traduire les engagements en actions. Pour ce faire, les dirigeants africains doivent :

  • Investir dans la CSU. Donner la priorité aux soins de santé primaires - en se concentrant sur les communautés vulnérables - car ils peuvent fournir 90 % des services de santé essentiels, augmenter l'espérance de vie moyenne de 3,7 ans d'ici à 2030 et sauver 60 millions de vies dans les pays à revenu faible et intermédiaire, dont beaucoup en Afrique. Avec les soins de santé primaires, les systèmes de santé peuvent être mieux préparés à prévenir les urgences sanitaires et à y répondre grâce à un nombre suffisant d'agents de santé, de capacités de laboratoire et de données, et de services de base permettant de détecter rapidement les épidémies et d'y répondre tout en continuant à fournir les services essentiels.
  • Renforcer le personnel de santé et de soins. Investir dans la formation et la fidélisation des travailleurs de la santé, notamment en remédiant aux pénuries existantes, et garantir des salaires et des conditions de travail décents - en mettant l'accent sur les travailleurs de la santé communautaire - afin qu'ils soient en mesure de fournir des soins de santé de haute qualité.
  • Institutionnaliser la participation sociale à la prise de décision. Veiller à ce que les gens aient leur mot à dire dans les lois et les politiques qui affectent leur santé et leur bien-être, car c'est le meilleur moyen de s'assurer que leurs besoins soient pris en compte et d'instaurer la confiance dans l'action publique.

Alors que les chefs d'État se réunissent au Sommet de l'UA à Addis-Abeba, nous les appelons à maintenir la CSU en tête des priorités et à tenir leur promesse de parvenir à la santé pour tous d'ici à 2030. En progressant vers la CSU, les dirigeants africains peuvent renforcer la santé et le bien-être de leurs populations, y compris les communautés marginalisées et vulnérables, tout en œuvrant pour une Afrique prospère et pacifique avec des communautés en plein essor.

-Mme Gabriela Cuevas Barron et le Dr Justin Koonin, coprésidents du comité de pilotage UHC2030.

  1. Tableau de bord de l'Afrique sur le financement intérieur de la santé 2024, https://score-card.africa/scorecard, consulté le 16 février 2024.
  2. Commission AHAIC : L'état de la couverture sanitaire universelle en Afrique, https://ahaic.org/download/executive-summary-the-state-of-universal-health-coverage-in-africa/, consulté le 16 février 2024

Photo : OMS / Isaac Rudakubana

Autres nouvelles

07/04/2024

En cette Journée mondiale de la santé, nous appelons à une action...

27/03/2024

Le 25 mars 2024, le Conseil de la jeunesse de l'OMS a présenté...

20/03/2024