24 mai 2022

Déclaration des Coprésidents de la CSU2030 et des membres du Groupe consultatif politique auprès du Mouvement pour la CSU

Pas de temps à perdre : il faut saisir l’occasion et redoubler d’efforts pour les ODD relatifs à la santé

Cette année, l’Assemblée mondiale de la Santé se tient à un moment charnière pour la santé mondiale. Alors que certains pays commencent à regarder au-delà de la pandémie de COVID-19, beaucoup d’autres en ressentent encore les conséquences. La pandémie a souligné les conséquences sanitaires, sociales, politiques, économiques et environnementales du manque d’investissements suffisants et efficaces dans la santé. Elle a mis en lumière les inégalités nationales et internationales. Dans le même temps, nous constatons encore une fois combien la guerre crée et aggrave les crises humanitaires, migratoires, économiques et sanitaires. Les progrès sur tous les objectifs de développement durable (ODD) sont à risque et les dirigeants mondiaux doivent agir de toute urgence pour la santé et le bien-être de tous.

Nous félicitons le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus de sa réélection comme Directeur général de l’OMS et nous saluons sa vision pour les cinq prochaines années. Nous nous réjouissons particulièrement des activités pour renforcer les systèmes de santé en mettant l’accent sur les soins de santé primaires (SSP). C’est capital pour la couverture santé universelle (CSU), la sécurité sanitaire et des populations en meilleure santé partout dans le monde – spécialement pour répondre aux besoins des personnes vulnérables et marginalisées dont les communautés ont été durement frappées par la pandémie.

Une accélération des progrès à l’horizon 2030 passe par la solidarité et la volonté politique. En 2019, au cours de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la CSU, les dirigeants mondiaux ont promis d’avancer sur la voie vers un monde plus juste, plus sûr et en meilleure santé. Beaucoup de pays ont souscrit d’importants engagements en faveur de la CSU et fixé des objectifs nationaux, notamment en vue de donner la priorité à l’équité et à l’égalité entre hommes et femmes. Pourtant, des décalages persistent entre la législation, les politiques, la mise en œuvre et les résultats.

En ce qui concerne l’avenir, la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la CSU, qui se tiendra en septembre 2023, sera un moment clé pour que les dirigeants politiques examinent les progrès accomplis sur les engagements en faveur de la CSU et discutent comment, à mi-parcours des ODD, il est possible d’accélérer l’action. Il n’y a pas de temps à perdre. Si les dirigeants à tous les niveaux de gouvernement et dans les parlements interviennent sans délai, la réunion de haut niveau peut être un moment de célébration de progrès accrus, plutôt que de désespoir face à la stagnation :

  1. Les dirigeants à tous les niveaux doivent saisir pleinement l’occasion primordiale d’accélérer les progrès sur les ODD relatifs à la santé, tout spécialement pour mettre en place des systèmes de santé plus solides, fondés sur les SSP, et faire de la CSU, de la sécurité sanitaire, et de la santé et du bien-être une réalité pour tous. Cette démarche devrait s’inscrire dans une entreprise globale associée à des efforts redoublés sur tous les ODD.
  2. Nous exhortons à nouveau tous les pays qui ne l’ont pas déjà fait à institutionnaliser des cibles nationales mesurables en matière de CSU et à redoubler d’efforts pour les atteindre, par exemple en donnant la priorité à la santé dans les dépenses publiques, en mettant l’accent sur les SSP et l’égalité entre hommes et femmes, et en prenant des mesures immédiates pour combler le déficit mondial de 15 millions d’agents de santé et garantir des conditions de travail décentes aux personnels sanitaires.
  3. Outre des actions menées au niveau national, nous demandons à tous les dirigeants d’agir ensemble pour s’attaquer aux inégalités mondiales. Le commerce, les régimes de propriété intellectuelle et les chaînes d’approvisionnement mondiales doivent mieux fonctionner pour garantir un accès équitable aux médicaments essentiels et aux produits et technologies de santé pour la CSU. Le nouvel instrument sur les pandémies est une occasion de s’engager en faveur du renforcement des systèmes de santé et faire preuve d’une solidarité internationale accrue.
  4. Nous attendons avec intérêt la contribution des dirigeants à un processus inclusif exaltant pour la réunion de haut niveau sur la CSU, qui veille à ce que soit entendue la voix de toutes les parties prenantes, en particulier la société civile, les communautés, les autorités locales et régionales ainsi que les représentants des populations et groupes sous-desservis, spécialement les femmes et les filles, et nous espérons que la réunion de haut niveau assurera une véritable redevabilité et des actions qui répondent à leurs besoins.

Pour notre part, nous apporterons notre soutien indéfectible à la CSU2030 pour qu’elle mobilise un mouvement diversifié en faveur de la CSU et qu’elle rende le processus de la réunion de haut niveau véritablement inclusif. Nous continuerons d’exhorter les dirigeants mondiaux à se montrer à la hauteur du défi. Nous espérons que vous vous joindrez à nous.

Coprésidents du Comité directeur de la CSU2030

  • Mme Gabriela Cuevas Barron
  • Dr Justin Koonin

Groupe consultatif politique auprès du Mouvement pour la CSU, CSU2030

  • M. Elhadj As Sy, Président du Conseil d’administration, Fondation Kofi Annan
  • Mme Emilia Saiz, Secrétaire générale des Cités et gouvernements locaux unis (CGLU)
  • Prof. Keizo Takemi, membre de la Chambre des Conseillers, Japon
  • Mme María Fernanda Espinosa Garcés, Présidente de la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies
  • Dr Vytenis Povilas Andriukaitis, ancien commissaire européen chargé de la santé et de la sécurité alimentaire
  • Mme Joy Phumaphi, Secrétaire exécutive, Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA)
  • Prof. Ilona Kickbusch, Présidente du conseil consultatif international, Centre de santé globale, Institut de hautes études internationales et du développement, Genève

Progrès sur la voie de la couverture santé universelle

Les plus récentes statistiques montrent que les progrès sont loin du compte et que la pandémie de COVID-19 semble éloigner encore le monde des cibles pour 2023 fixées par la déclaration politique sur la CSU adoptée lors de la réunion de 2019 :

  • Assurer progressivement une couverture à un milliard de personnes supplémentaires en vue de parvenir à une couverture universelle d’ici à 2030
  • Inverser la tendance à la hausse des dépenses de santé à la charge des patients, qui constitue une situation catastrophique, et éliminer la paupérisation due à ces dernières d ’ici à 2030

Résultats essentiels pour la réunion de haut niveau de 2023 sur la CSU identifiés par la CSU2030 :

  • Pays motivés à relever les investissements en faveur de systèmes de santé résilients et équitables et à adopter des mesures politiques spécifiques pour la CSU, au moyen d’une approche de soins de santé primaires
  • « Regain d’activité sur l’ODD3 » : la déclaration politique renforce des engagements clairs et mesurables en faveur de la CSU, avec des repères/mesures spécifiques pour accélérer des progrès équitables d’ici à 2030
  • « Redevabilité inclusive » : les États membres rendent compte des progrès quant aux engagements de 2019 sur la CSU en consultation avec différents acteurs nationaux de la CSU2030
  • « La voie vers 2030 » : examen complet des engagements de santé mondiale liés stratégiquement aux processus de redevabilité en matière d’ODD
  • En liaison avec les négociations sur le traité relatif aux pandémies, les pays s’engagent à assurer des capacités minimales des systèmes de santé comme base de la CSU et de la sécurité sanitaire.

Autres nouvelles

17/06/2022
15/06/2022
13/06/2022
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.