5 janvier 2024

Déclaration de la coprésidence de la CSU2030 appelant les membres du G7 à prendre des mesures ambitieuses en faveur de la couverture santé universelle

Photo des sept drapeaux correspondant aux membres du G7

Alors que l'Italie prend la présidence du G7 ce mois-ci, nous félicitons le Japon pour sa présidence réussie du G7 en 2023 et pour avoir défendu la couverture santé universelle (CSU) avec l'adoption de l'agenda d'action du Plan mondial du G7 pour la CSU pendant son mandat.

La présidence italienne du G7 intervient à un moment crucial pour la santé mondiale. L'année dernière, le rapport mondial de suivi sur la couverture santé universelle a clairement montré que les progrès en matière de santé pour tous et de couverture santé universelle sont loin d'être satisfaisants. Près de la moitié de la population mondiale - 4,5 milliards de personnes - n'a pas accès aux services de santé essentiels. En outre, deux milliards de personnes, dont 344 millions vivent dans l'extrême pauvreté, continuent d'être confrontées à des difficultés financières en raison des dépenses de santé qu'elles doivent assumer.

Les membres du G7 doivent maintenant s'appuyer sur les engagements pris lors des trois réunions de haut niveau des Nations unies sur la santé qui ont eu lieu en septembre 2023. Nous les appelons à investir dans des systèmes de santé résilients et équitables fondés sur une approche de soins de santé primaires. L'intégration des services de santé au niveau des soins primaires permet de répondre aux divers besoins de santé des populations. Les systèmes de soins de santé primaires fournissent près de 90 % des services de santé essentiels et constituent le moyen le plus efficace et le plus durable pour les gouvernements d'atteindre l'objectif de couverture santé universelle (CSU).

Pour réaliser le droit humain à la santé grâce à la CSU, les membres du G7 doivent soutenir les efforts nationaux de mise en œuvre, en mettant l'accent sur les populations les plus vulnérables et marginalisées, en particulier les femmes et les filles, pour lesquelles la santé est encore souvent considérée comme un privilège et non comme un droit humain. Les dirigeants mondiaux devraient collaborer avec les groupes de la société civile et d'autres acteurs pour faire en sorte que la CSU devienne véritablement universelle et réponde aux besoins de chacun.

Nous appelons également les membres du G7 à faire en sorte que la santé et la CSU restent une priorité de l'agenda mondial. Lors du prochain Sommet de l'avenir, les membres du G7, tous les pays et toutes les parties prenantes peuvent relancer les progrès vers la CSU afin de façonner un avenir plus sain, plus équitable et plus durable pour tous. Des systèmes de santé plus solides pour la CSU peuvent remettre le monde sur la voie de la réalisation des objectifs de santé et sont une condition préalable pour mieux se préparer à des crises telles que le changement climatique, les pandémies et les urgences humanitaires. Nous appelons les membres du G7 à faire preuve de leadership politique en traduisant leurs engagements en matière de CSU par des mesures ambitieuses.

-Gabriela Cuevas et Justin Koonin, coprésidents du comité de pilotage UHC2030

Autres nouvelles

07/04/2024

En cette Journée mondiale de la santé, nous appelons à une action...

27/03/2024

Le 25 mars 2024, le Conseil de la jeunesse de l'OMS a présenté...

20/03/2024