Le groupe consultatif politique auprès du mouvement pour la CSU conseille le Comité directeur de la CSU2030 afin de consolider le soutien politique dont bénéficie la couverture santé universelle (CSU). Le groupe consultatif transmet également les messages de la CSU2030 à des dirigeants politiques de haut niveau, afin de s’assurer que l’engagement se transforme en actions concrètes dans les pays. 

Les conseillers politiques guident sur les possibilités offertes pour utiliser les processus politiques en vue de soutenir la dynamique de haut niveau autour de la CSU. Ils indiquent également comment la CSU2030 peut assurer le suivi de la déclaration politique sur la CSU, adoptée au cours de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la CSU en 2019. Les conseillers politiques n’ont pas de statut juridique ni d’obligations contraignantes, ils se contentent d’assumer un rôle purement consultatif.

Télécharger: Mandat du groupe consultatif politique


Gabriela Cuevas Barron

Coprésidente du Comité directeur de la CSU2030

Gabriela Cuevas Barron est Coprésidente du Comité directeur de la CSU2030 depuis 2021 et elle a pris part au groupe consultatif politique auprès du Mouvement pour la CSU en 2020.

Elle est membre de la Commission de The Lancet sur le COVID-19 où elle copréside le groupe spécial de la Commission sur les secours humanitaires, la protection sociale et les groupes vulnérables. Elle fait aussi partie du groupe spécial sur la diplomatie et la coopération dans le secteur de la santé mondiale, ainsi que du groupe spécial régional pour l’Amérique latine. Elle siège également à la Commission de Chatham House pour la santé universelle.

Active en politique depuis l’âge de 15 ans, Gabriela a été élue parlementaire fédérale pour la première fois à 21 ans. Elle a siégé comme parlementaire fédérale pendant trois mandats et a été députée locale et membre constituante du Parlement dans l’Assemblée constituante de la ville de Mexico. De plus, elle est la première femme à avoir été élue à la fonction de maire de la municipalité de Miguel Hidalgo. Elle a aussi présidé la Commission des relations étrangères alors qu’elle siégeait au Sénat.

En 2017, Gabriela Cuevas Barron est devenue le plus jeune Président de l’Union interparlementaire (UIP). Pendant son mandat, Gabriela s’est efforcée d’accroître la prééminence et le prestige de l’UIP comme institution mondiale des parlementaires. Elle est Présidente honoraire de l’IUP. Elle a été décorée du grade de Chevalier de la Légion d’honneur par le Gouvernement français et du grade de Cavaliere di Gran Croce de l’Ordre équestre de Sainte Agathe au nom du Gouvernement de la République de Saint-Marin.


Justin Koonin

Coprésident du Comité directeur de la CSU2030

Justin copréside la CSU2030, le partenariat international multipartite pour la couverture santé universelle. Il est membre de multiples groupes d’experts de l’OMS, notamment pour l’examen universel de la préparation aux urgences sanitaires, et sur le VIH, l’hépatite virale et les IST.

Il est professeur honoraire au George Institute for Global Health, et professeur agrégé adjoint au Kirby Institute, Université de la Nouvelle-Galles-du-Sud.

Au niveau national, Justin est Président de l’ACON (anciennement Conseil de la Nouvelle-Galles-du-Sud sur le sida), la plus grande organisation de la société civile travaillant sur la prévention, les soins et le soutien du VIH, ainsi que plus largement sur la santé sexuelle et les droits des personnes de genres divers. Il a présidé le groupe de pression pour les droits des gays et des lesbiennes en Nouvelle-Galles-du-Sud, le principal organisme de plaidoyer pour les gays et les lesbiennes dans cet État.

Le travail de Justin Koonin couvre un large éventail de secteurs. En plus de ses activités dans le domaine de la santé et des droits de l’homme, il a travaillé comme chercheur postdoctoral en mathématiques à l’Université de Sydney, comme spécialiste des données auprès de PricewaterhouseCoopers et il est actuellement gestionnaire de fonds chez Allan Gray. Il est titulaire d’un doctorat (Ph.D.) en mathématiques pures de l’Université de Sydney. Il possède aussi le titre d’analyste financier agréé ainsi qu’un diplôme de l’Institut australien des administrateurs de sociétés.


Ms. Emilia Saiz - UHC2030

Mme Emilia Saiz

Secrétaire générale des Cités et gouvernements locaux unis (CGLU)

Emilia Saiz est juriste et elle a consacré sa vie professionnelle à promouvoir le rôle des autorités locales dans le développement ainsi qu’à favoriser les relations entre les villes et leurs associations dans le monde.

Elle a commencé son parcours comme militante internationale en faveur des autorités locales en 1997 dans l’organisation fondatrice des CGLU, IULA.

Mme Saiz a dirigé des programmes consacrés au renforcement des capacités institutionnelles et à la coopération décentralisée. Elle a activement encouragé l’autonomisation des femmes, l’inclusion sociale et les partenariats internationaux.

Elle a joué un rôle essentiel dans la mise en place de l’Équipe spéciale des autorités locales et régionales ; elle a suivi et représenté les gouvernements locaux et régionaux dans des processus internationaux iconiques comme Rio et Beijing + 20 ainsi que l’accord sur le climat, les ODD et Habitat III.

Elle a aussi participé activement au développement institutionnel des Cités et gouvernements locaux unis en un réseau de réseaux.

Pendant son travail à l’Organisation mondiale de la Santé, Mme Saiz a été nommée dans de nombreux groupes aussi bien à titre personnel que professionnel. Il convient de mentionner sa participation à l’Alliance des villes, l’Alliance générale des partenaires et le Programme des villes du Pacte mondial.

Sa mission comme Secrétaire générale des Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) a commencé en 2018. Quand on lui demande ses priorités pour les prochaines années, elle répond que c’est de veiller à ce que les programmes mondiaux soient fondés sur les priorités locales et que l’action internationale des autorités locales soit comprise comme un rôle indispensable pour répondre aux besoins locaux avec une place centrale à la solidarité, la justice et la redevabilité.

Visitez les CGLU


Mr. Elhadj As Sy - UHC2030

Mr. Elhadj As Sy

Président du Conseil d’administration, Fondation Kofi Annan (Coprésident du Conseil de suivi de la préparation aux pandémies de l’OMS et la Banque mondiale)

Elhadj As Sy préside le Conseil d’administration de la Fondation Kofi Annan et il est coprésident du Conseil de suivi de la préparation aux pandémies de l’OMS et la Banque mondiale. En plus de ces deux fonctions. M. Sy est aussi Commissaire pour la Commission mondiale sur l’adaptation climatique, Gouverneur du Wellcome Trust et membre du Conseil de gouvernance d’Interpeace, ainsi que de nombreux autres conseils d’administration et organisations.   

M. Sy possède une vaste expérience des rôles de chef de file dans les secteurs humanitaire, sanitaire, environnemental et du développement et il a assumé précédemment les fonctions de Secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le plus important réseau humanitaire du monde. Avant cette nomination, il a occupé pendant plus de 25 ans des postes de haut fonctionnaire à l’UNICEF, à l’ONUSIDA, au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et dans d’autres institutions.

M. Sy a été Directeur des partenariats et du développement des ressources à l’UNICEF à New York. Il a aussi été Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe et Coordonnateur des urgences pour la Corne de l’Afrique. 

De 2005 à 2008, M. Sy dirigeait le pôle VIH/sida au Programme des Nations Unies pour le développement à New York. Avant cela, il a travaillé au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme en qualité de Directeur régional pour l’Afrique et plus tard comme Directeur des partenariats opérationnels et du soutien aux pays à Genève. M. Sy a également occupé le poste de Représentant de l’ONUSIDA à New York et de Directeur du Bureau de liaison à New York.

De 1988 à 1997, il a dirigé les programmes de santé et de développement à l’organisation Environnement et développement du tiers monde à Dakar, Sénégal.

M. Sy est titulaire d’une licence en arts et sciences humaines de l’Université de Dakar. Il a ensuite continué des études de maîtrise en arts et études germaniques à l’Université de Graz et il est diplômé de l’École diplomatique de Vienne. Il a aussi obtenu un diplôme de troisième cycle en éducation de l’École normale supérieure de Dakar. Il parle anglais, français et allemand et est originaire du Sénégal.

Visitez la Fondation Kofi Annan


Mme Joy Phumaphi

Secrétaire exécutive de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA) (ancienne Coprésidente du Groupe indépendant d’experts de la redevabilité créé par le Secrétaire général de l’ONU pour l’initiative Chaque femme, chaque enfant, chaque adolescent)

Mme Joy Phumaphi copréside le Partenariat mondial pour mettre fin à la violence envers les enfants. Dans le passé, elle a coprésidé le Groupe indépendant d’experts de la redevabilité (IAP) créé par le Secrétaire général de l’ONU pour l’initiative Chaque femme, chaque enfant, chaque adolescent. Elle est actuellement Secrétaire exécutive de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA), qui réunit 49 chefs d’État et de gouvernement africains. Elle occupe également la fonction de Coprésidente du Comité sur la participation des partenaires dans les pays au sein du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant (PMNCH).

Elle a fait partie du Groupe de haut niveau sur l’action mondiale face aux crises sanitaires et a siégé au Groupe de référence de l’ONUSIDA sur l’économie. Elle a aussi assumé le mandat de Commissaire des Nations Unies sur le VIH/sida et la gouvernance. Elle a servi le Botswana en qualité de principale auditrice des autorités locales puis comme membre du Parlement assumant des responsabilités au sein du Gouvernement, d’abord au Ministère des terres et du logement, où elle a adopté la première politique du logement du pays obligeant les autorités locales à trouver un hébergement pour tous les citoyens démunis, puis au Ministère de la santé, où elle a introduit le premier programme d’accès universel au traitement antirétroviral dans le secteur public à être appliqué dans le monde en développement. Elle a ensuite rejoint l’Organisation mondiale de la Santé comme Sous-directrice générale et a été responsable du Rapport sur la santé dans le monde 2005, « Donnons sa chance à chaque mère et à chaque enfant ». Elle a aussi occupé les fonctions de Vice-Présidente du développement humain à la Banque mondiale où elle a encadré une expansion spectaculaire du programme d’évaluation du réseau. Mme Phumaphi siège au conseil d’administration de plusieurs organisations internationales et conseille plusieurs initiatives mondiales de santé. Elle a joué un rôle clé auprès d’initiatives de santé novatrices comme la Facilité internationale de financement pour la vaccination (IFFIm), la garantie de marché (AMC) et le groupe d’experts indépendants pour l’initiative Chaque femme, chaque enfant. Elle est titulaire d’une licence en commerce et d’une maîtrise en finances et comptabilité. 


Prof. Ilona Kickbusch

Présidente du Conseil consultatif international, Centre de santé globale, Institut de hautes études internationales et du développement, Genève (ancienne Coprésidente du Comité directeur de la CSU2030)

La Professeure Ilona Kickbusch a fondé le Centre de santé globale de l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève et elle a occupé la fonction de Coprésidente du Comité directeur de la CSU2030. Ses domaines d’expertise incluent les déterminants politiques de la santé, la santé dans toutes les politiques et la santé mondiale. Elle conseille les pays sur leurs stratégies de santé mondiale, forme des spécialistes de santé et participe aux activités dans le domaine de la santé des G7 et G20 placés sous la présidence allemande. Elle a publié de nombreux ouvrages et siège dans plusieurs commissions et conseils d’administration. Ilona est membre du Conseil mondial de suivi de la préparation et copréside la Commission de The Lancet et du Financial Times sur le thème « Gouverner l’avenir de la santé 2030 : grandir dans un monde numérique ».

Ilona a mené une brillante carrière à l’OMS. Elle a été l’une des principales inspiratrices de la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé ainsi que du Réseau des Villes-Santé de l’OMS et elle reste une autorité dans ce domaine, en conseillant récemment l’OMS sur ses activités relatives à la santé dans la perspective des ODD. Elle a dirigé la Division de la santé mondiale à l’École de santé publique de l’Université Yale et était responsable du premier programme Fulbright consacré à la santé mondiale.


Prof. Keizo Takemi

Membre de la Chambre des conseillers, Japon (Ambassadeur de bonne volonté de l’OMS pour la couverture santé universelle)

Keizo Takemi est membre de la Chambre des conseillers du Parlement japonais, ou Diète, où il appartient au Parti démocratique libéral et préside la Commission spéciale sur la stratégie de santé mondiale. De novembre 2007 à juin 2009, il a été chargé de recherche à l’École de santé publique de Harvard. Il est aussi professeur invité dans plusieurs universités japonaises, notamment l’Université de Nagasaki.

Le Prof. Takemi a participé à plusieurs initiatives mondiales axées sur la santé mondiale, notamment la Commission sur l’information et la redevabilité pour la santé des femmes et des enfants, l’Alliance mondiale pour les personnels de santé (GHWA), le Groupe de travail d’experts de l’OMS sur le financement de la recherche-développement, et le comité organisateur international de la Prince Mahidol Award Conference (PMAC). En mars 2016, il a été nommé à la Commission de haut niveau des Nations Unies sur l’emploi en santé et la croissance économique. En 2018, il a intégré le Comité consultatif sur le financement de la CSU pour le G20 2019. De plus, il est Vice-Président du Conseil de surveillance internationale pour la feuille de route mondiale sur la longévité en bonne santé de l’Académie nationale de médecine (États-Unis d’Amérique). Il occupe aussi les fonctions de Président du Groupe de parlementaires soutenant le Partenariat Halte à la tuberculose ainsi que du Forum asiatique de parlementaires pour la population et le développement (AFPPD). 

Le Prof. Takemi a siégé à la Chambre des conseillers de 1995 à 2007, puis il est revenu à la Diète en décembre 2012 et a été réélu en juillet 2019. Pendant son précédent mandat à la Diète, il a assumé les fonctions de Vice-Ministre principal de la santé, du travail et des affaires sociales dans le premier gouvernement Abe. Quand il était Secrétaire d’État aux affaires étrangères en 1999, il a dirigé l’initiative pour établir le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour la sécurité humaine et a par la suite été nommé par l’ancien Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan en tant que membre du Groupe d’experts de haut niveau sur la cohérence du système des Nations Unies dans les domaines du développement, de l’aide humanitaire et de l’environnement. Depuis 2007, il est chargé de recherche principal auprès du Centre japonais pour les échanges internationaux (JCIE) où il préside le Comité exécutif du programme de santé humaine et de sécurité humaine. En reconnaissance de sa contribution dans le domaine au cours des dix dernières années, il a été nommé Ambassadeur de bonne volonté de l’OMS pour la couverture santé universelle (CSU) en juillet 2019.

Profil


Mme María Fernanda Espinosa Garcés

Présidente de la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies (ancienne Ministre des affaires étrangères, Équateur)

María Fernanda Espinosa est une universitaire, diplomate et politicienne qui possède plus de 30 ans d’expérience professionnelle à l’université, dans les organisations non gouvernementales et internationales, et à des postes de leadership au sein du Gouvernement équatorien. Elle est considérée comme une experte des affaires internationales et des Nations Unies, de la défense et la sécurité, du développement durable, de l’environnement, du changement climatique, de l’égalité entre les sexes et des droits des peuples autochtones. Elle possède une vaste connaissance des négociations intergouvernementales et est reconnue comme une avocate internationale du multilatéralisme ainsi que des droits et de l’autonomisation des femmes.

María Fernanda a été conseillère sur la biodiversité et la politique relative aux peuples autochtones et plus tard Directrice régionale pour l’Amérique du Sud à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Elle a été Ministre des affaires étrangères, Ministre de la défense, Ministre de l’héritage culturel et naturel et elle a été la première femme Ambassadrice et Représentante permanente de l’Équateur auprès des Nations Unies à New York. Elle a aussi été Représentante permanente auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève. Plus récemment, elle a assumé la présidence de la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, devenant ainsi la quatrième femme de l’histoire et la première d’Amérique latine et des Caraïbes à présider cet organe depuis sa fondation en 1945.  

María Fernanda est lauréate de nombreuses bourses et récompenses, notamment de l’Association d’études latino-américaines, la Fondation Ford, la Société des femmes géographes, la Fondation Rockefeller, l’Agence allemande de coopération, pour sa recherche et ses travaux universitaires sur l’Amazonie et son travail en Amazonie sur la biodiversité, l’environnement et les droits des peuples autochtones.

Avant de commencer sa carrière politique et diplomatique, María Fernanda était Professeure associée et chercheuse à la Faculté latinoaméricaine des sciences sociales (FLACSO) où elle a établi et coordonné le programme d’études socio-environnementales. Elle a écrit plus de 30 articles spécialisés sur la région de l’Amazonie, la culture, l’héritage, le développement durable, le changement climatique, la propriété intellectuelle, la politique étrangère, l’intégration régionale, la défense et la sécurité.

Elle est titulaire d’une licence en linguistique appliquée de l’Université pontificale catholique de l'Équateur ; d’une maîtrise en sciences sociales et études amazoniennes ; et d’un diplôme de troisième cycle en anthropologie et sciences politiques de l’Institut latinoaméricain de sciences sociales. Elle a complété des études doctorales avancées en géographie à l’Université Rutgers.

María Fernanda Espinosa a écrit plusieurs ouvrages de poésie qui lui ont notamment valu d’être récompensée par le Prix national de poésie de l’Équateur en 1990.

Profil


Dr Vytenis Povilas Andriukaitis

Envoyé spécial pour la couverture santé universelle pour la région européenne, OMS (ancien Commissaire européen chargé de la santé et de la sécurité alimentaire)

Le Dr Andriukaitis est né le 9 août 1951 à Kioussiour en Sibérie où sa famille a été déportée en 1941 depuis la Lituanie. Il est revenu en Lituanie en 1957 avec sa mère et ses deux frères. Son père a été autorisé à rentrer un an plus tard. Le Dr Andriukaitis a obtenu son diplôme de la faculté de médecine en 1975 et s’est spécialisé en 1989 en chirurgie cardiovasculaire qu’il a pratiquée pendant plus de 20 ans.

Il est aussi titulaire d’un diplôme en histoire de l’Université de Vilnius obtenu en 1984. À partir de 1969, le Commissaire a participé activement au mouvement antisoviétique alors que sa carrière politique a commencé déjà en 1976. En 1990, le Dr Andriukaitis a été élu au Conseil suprême de la République de Lituanie qui a précédé le Seimas (Parlement lituanien), et il est le coauteur et signataire de l’Acte d’indépendance de la Lituanie le 11 mars 1990. Vytenis Andriukaitis est l’un des auteurs de la Constitution de la République de Lituanie adoptée en 1992, et l’un des fondateurs du parti social-démocrate lituanien.

Le Dr Andriukaitis a siégé au Parlement lituanien pendant six mandats au cours desquels il a présidé la Commission des affaires européennes, notamment pendant l’adhésion à l’Union européenne en 2004 ; il a été membre de la Commission des affaires européennes, Vice-Président et ultérieurement Président du Parti démocratique social, et Vice-Président du Parlement. Le Commissaire a aussi dirigé la délégation lituanienne auprès de la Convention sur l’avenir de l’Europe. De 2012 à 2014, Vytenis Andriukaitis a été Ministre de la santé dans le Gouvernement lituanien et, de 2014 à 2019, Commissaire européen chargé de la santé et de la sécurité alimentaire. Depuis 2020, il est Envoyé spécial de l’OMS pour la couverture santé universelle pour la région européenne.

21/01/2020

Des événements autour du monde ont marqué la Journée de la CSU...

26/03/2020
29/05/2020
10/07/2020

Les Coprésidents du Comité directeur de la CSU2030, la Présidente...

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.