24 octobre 2019

Par Camilla Williamson, HelpAge International

Une couverture santé universelle adaptée à un monde qui vieillit

La couverture santé universelle est essentielle pour veiller à ce que toutes les personnes, partout, puissent avoir accès à des services de santé de qualité assortis d’une protection financière. 

D’ici à 2020, plus d’un milliard de personnes seront âgées de 60 ans et plus. D’ici à 2050, ce nombre sera passé à deux milliards et les personnes âgées représenteront jusqu’à 20% de la population mondiale.

Si nous voulons véritablement ne laisser personne de côté, alors la CSU doit être adaptée à un monde qui vieillit. 

La santé et les besoins en soins des personnes âgées

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la plupart des gens peuvent espérer vivre jusqu’à 60 ans et au-delà. Néanmoins, il ne semble guère établi que les personnes puissent compter vivre ces années supplémentaires en meilleure santé que les générations précédentes, alors que les systèmes de nombreux pays sont mal préparés pour faire face aux besoins de santé et de soins de plus en plus complexes des personnes vieillissantes. Ces besoins incluent un risque accru d’affections chroniques multiples et davantage de soutien pour accomplir les tâches quotidiennes. 

En 2011, 75% des décès dus à des maladies non transmissibles dans les pays à revenu faible ou intermédiaire concernaient des personnes âgées de plus de 60 ans. D’autre part, dans les pays à faible revenu, le handicap chez les personnes âgées est quatre fois plus fréquent que dans la population adulte jeune.

Les femmes et hommes âgés rencontrent aussi de multiples difficultés pour avoir accès aux services. Les obstacles vont d’un piètre accès physique, du manque de transport et des coûts prohibitifs, au manque d’accès aux médicaments essentiels et aux produits d’assurance, aux compétences inadaptées des prestataires de soins de santé et à la discrimination basée sur l’âge. 

« Je consacre l’essentiel de ma pension aux médicaments dont j’ai besoin. J’ai de la chance d’avoir des enfants qui m’aident, mais d’autres personnes ont dû choisir entre acheter de la nourriture, avoir le gaz ou l’électricité à la maison ou se procurer des médicaments. » Midiakan, Kirghizistan

« Les hôpitaux disent qu’ils n’ont pas de pilule pour soigner la vieillesse. On ne se sent pas les bienvenus. » Nora, Afrique du Sud

« [Le dispensaire] est trop éloigné pour que j’y aille à pied. Cela me prend un jour pour y aller à pied et je n’ai pas assez d’argent pour payer le billet d’autobus. » Chaussauca, Mozambique

La CSU et les personnes âgées

La CSU présente une précieuse occasion de réorienter les systèmes de santé et de soins pour répondre aux besoins du nombre croissant de personnes âgées avec une prévalence accrue de maladies chroniques et de besoins de santé et de soins complexes. 

Nous nous félicitons de l’inclusion des personnes âgées dans la Déclaration politique sur la CSU qui s’engage à « Intensifier les efforts visant à permettre un vieillissement actif et en bonne santé, à maintenir et à améliorer la qualité de vie des personnes âgées et à répondre aux besoins d’une population qui vieillit rapidement, en particulier pour ce qui est de la promotion de la santé, de la prévention, du traitement, de la réadaptation et des soins palliatifs, ainsi que des soins spécialisés et de la prestation durable de soins de longue durée, compte tenu du contexte et des priorités à l’échelle nationale. » 

Pour veiller à ce que ces engagements soient respectés, il faudra investir dans des modèles de la CSU qui tiennent compte de l’âge et dans les éléments nécessaires pour les mettre en œuvre. Les points dont il faut tenir compte sont les suivants : 

  • Une prestation de services axée sur la personne, qui réponde aux besoins de santé et de soins des personnes âgées et qui ne soit pas circonscrite à une seule maladie, de manière isolée
  • Des personnels de santé qui disposent des compétences requises pour répondre aux besoins de populations vieillissantes
  • Des systèmes d’information sanitaire sans limitations selon l’âge et qui permettent la ventilation au minimum par âge, sexe, handicap et situation géographique 
  • L’accès à des médicaments essentiels et des produits d’assistance pour les affections fréquentes pendant la vieillesse 
  • Des services gratuits au point d’accès pour les personnes à tout âge
  • L’incorporation du droit à la santé et à des soins à long terme dans la loi nationale avec l’inclusion explicite des besoins des personnes vieillissantes et âgées 

Cela signifiera aussi faire de l’égalité entre les sexes un pilier central de la CSU, en reconnaissant que les femmes supportent une charge inégale dans l’accès à la santé et la prestation de soins tout au long de la vie, y compris les soins de santé non rémunérés souvent prodigués par les femmes. 

Mécanismes de redevabilité pour la CSU – dénombrer les personnes âgées

Pour que les personnes âgées soient incluses, elles doivent aussi être comptées. Les mesures actuelles de la CSU, y compris l’indicateur sur l’accès (3.8.1) dans le cadre des indicateurs des ODD, ne comprennent pas de mesures telles que l’accès physique aux centres de santé ou les compétences, connaissances et attitudes du personnel, autant de facteurs qui sont essentiels pour comprendre les obstacles rencontrés par les personnes âgées.

L’indice de couverture des services de la CSU comprend des mesure d’un certain nombre de services de santé utiles pour les besoins de santé des personnes âgées, notamment l’hypertension et le diabète. Néanmoins, cet indicateur repose sur des sources de données limitées par l’âge, y compris l’enquête de l’OMS sur les facteurs de risque (STEPS) qui n’inclut habituellement que les personnes jusqu’à 64 ans, et les enquêtes démographiques et de santé (EDS), qui excluent en général les femmes de plus de 50 ans et les hommes de plus de 55 ans. 

Même lorsque les données sont recueillies, elles sont rarement ventilées de manière utile. 

Pour surveiller la CSU et comprendre qui est laissé de côté, il est essentiel que les données qui étayent les mécanismes de redevabilité :

  • Soient recueillies pour tous les groupes d’âge, y compris les personnes âgées
  • Rendent compte des obstacles à l’accès qui sont propres au grand âge
  • Soient ventilées au minimum par âge, sexe, handicap et situation géographique.  

Travailler ensemble pour les personnes de tout âge dans le cadre de la CSU2030 

Après la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies, nous voulons travailler avec les membres de notre réseau, nos partenaires et comme membre actif de la CSU2030 pour veiller à ce que les chefs d’État tiennent les engagements qu’ils ont souscrits à New York. Nous considérons la CSU2030 comme un mouvement capital pour accélérer les progrès vers la CSU et nous espérons que, par notre adhésion, nous pourrons soutenir ces progrès tout en garantissant aussi les besoins en santé et soins des personnes âgées, et faire en sorte que l’intersection de l’âge avec le genre et le handicap soit mieux comprise et traitée. Ce n’est qu’en avançant ensemble, avec des activités concertées, collaboratives et multipartites, que nous pourrons garantir un financement suffisant et la mise en œuvre par les gouvernements de modèles de CSU qui permettent à toutes les personnes à tout âge d’avoir accès à des services de santé et de soins assortis d’une protection financière. 

Other News

24/10/2019

Observations d’un partenaire de la CSU2030, Humanité & Inclusion

20/09/2019
08/04/2019

Éclairages des partenaires de la CSU2030 inspirés de la campagne...

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.