17 octobre 2019

La réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la « Couverture santé universelle

Assemblée générale des Nations Unies : un consensus historique sur la couverture santé universelle

Le lundi 23 septembre 2019 à New York a constitué un moment véritablement historique pour la couverture santé universelle (CSU). La réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la « Couverture santé universelle : agir ensemble pour bâtir un monde en meilleure santé » a été un succès capital pour les États Membres qui sont parvenus à un accord sur la Déclaration politique et ont réaffirmé leur engagement politique de haut niveau en faveur de la CSU.

C’était aussi un motif de célébration pour tous les participants au mouvement mondial pour la CSU qui ont mené une campagne longue et ardue pour y parvenir. Mais, point le plus important, cet engagement au plus haut niveau politique promettant de réaliser la CSU peut changer la vie des 3,65 milliards de personnes qui ne disposent toujours pas de services de santé de qualité accessibles et d’un coût abordable.

Pour le Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, cette déclaration est « l’accord le plus global jamais passé sur la santé universelle, une vision pour la couverture santé universelle d’ici à 2030 ».

Le Dr Tedros, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, a affirmé : « Aujourd’hui, nous avons écrit l’histoire. Ensemble, nous nous sommes engagés en faveur d’un monde où nulle personne n’est privée de services de santé de qualité parce qu’elle ne peut pas y avoir accès ou se permettre de les payer. » Il a ajouté : « La CSU est un choix politique : aujourd’hui les dirigeants mondiaux ont montré qu’ils étaient prêts à faire ce choix. »

Avec près de 50 chefs d’État présents à la réunion de haut niveau et 84 État Membres prononçant une déclaration au cours de la séance plénière, les dirigeants mondiaux ont maintenant accepté de prendre des mesures ambitieuses pour instituer la CSU dans leur pays et ont promis de renforcer les soins de santé primaires (SSP).

« Le leadership des pays est capital. Si les dirigeants s’engagent à instaurer des systèmes de santé plus intelligents, rentables et s’appuyant sur les données concrètes, ils peuvent assurer des soins de santé de qualité, à un coût abordable. Ils peuvent construire un avenir plus sain, prospère et prometteur pour leur population », a précisé David Malpass, Président du Groupe de la Banque mondiale.

La Déclaration politique est importante à deux titres. Premièrement, elle présente des arguments éloquents pour des investissements dans le secteur de la santé et, deuxièmement, elle définit la vision pour parvenir à la couverture santé universelle d’ici à 2030. La santé pour tous, c’est investir dans l’humanité et œuvrer pour le bien-être et la prospérité de chacun. La CSU a montré qu’elle pouvait catalyser une croissance économique qui bénéficie aux individus, aux familles, aux communautés, aux entreprises et aux économies. Du point de vue de la vision pour la CSU, la Déclaration politique est l’accord le plus complet jamais atteint sur la santé mondiale. Elle suggère que des systèmes de soins de santé primaires robustes et résilients stimuleront les progrès au cours de la prochaine décennie pour traiter les maladies transmissibles, y compris le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme, mais aussi les maladies non transmissibles et la menace croissante que représente la résistance aux antimicrobiens. L’OMS recommande à tous les pays d’augmenter de 1% du PIB les ressources qu’ils consacrent aux soins de santé primaires.

Les partenaires et groupes de la CSU2030 devraient se sentir immensément fiers d’avoir contribué à ce formidable succès. Depuis le début de 2019, la CSU2030 a aidé à préparer la réunion en travaillant avec ses partenaires et un vaste éventail d’acteurs de la santé qui ont collaboré pour produire six demandes clés du Mouvement pour la CSU. Cela a permis au mouvement mondial autour de la CSU de parler d’une seule voix et d’envoyer des messages puissants et cohérents aux dirigeants politiques. En avril 2019, une consultation multipartite a créé l’espace où le mouvement de la CSU a pu déclarer haut et fort ses ambitions pour la Déclaration politique sur la CSU, et ses messages ont ainsi guidé le processus de négociation avec les États Membres.

Pendant la réunion de haut niveau, les États Membres ont montré la convergence de leurs déclarations autour des finances publiques, la priorisation des SSP, l’importance de se centrer sur les populations les plus vulnérables et marginalisées, et le droit à la santé, notamment la santé sexuelle et reproductive pour les femmes et les filles. Toutes ces importantes questions ont été soulevées par le mouvement pour la CSU avec ses demandes clés. Également pour la première fois dans la santé mondiale, le mouvement élargi pour la CSU et les programmes de lutte contre des maladies spécifiques ont partagé la même plateforme pour l’objectif commun qui est de mettre en œuvre la CSU. Les conséquences en sont importantes car chaque maladie et chaque problème de santé fait partie de la Déclaration politique sur la CSU : puisque nous nous employons à parvenir à la santé pour tous, nous avançons tous ensemble.  

La sixième demande clé du mouvement pour la CSU était « Avancer ensemble » et jamais elle n’a semblé plus appropriée qu’aujourd’hui, au lendemain de la réunion de haut niveau et alors qu’une action politique et pratique suivie est requise pour veiller à ce que la CSU soit mise en œuvre dans tous les pays. Avancer ensemble signifie aussi faire progresser le programme de la CSU avec tous les partenaires dans l’ensemble du secteur de la santé et au-delà, en reconnaissant qu’une approche avec l’ensemble du gouvernement bénéficiant du soutien international est requise pour accomplir et conserver la CSU. Effectivement, le Président de la session de l’Assemblée générale des Nations Unies, S.E. M. Tiijani Muhammad-Bande, a ouvert la réunion en affirmant : « La CSU ne pourra être atteinte que si nous travaillons ensemble et nous collaborons. Je suis sûr que si continuons à consolider la coopération internationale, nous pourrons surmonter les obstacles que nous rencontrerons. »

Contributions de la CSU2030 pendant la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies

Pendant la réunion de haut niveau, plusieurs partenaires de la CSU2030 se sont exprimés au cours des séances d’ouverture et de clôture de même que lors des tables rondes multipartites. Il s’agit notamment de Mme Gro Brundtland, The Elders, M. Shinzo Abe, Premier Ministre du Japon, Mme Melinda Gates, Coprésidente de la Fondation Bill et Melinda Gates, Mme Winnie Byanyima, Directrice exécutive d’Oxfam International, Mme Ngozi Okaonjo-Iweala, ancienne Ministre des finances du Nigéria et Présidente du Conseil d’administration de Gavi, et M. Omar Ishrak, Président et Directeur général de Medtronic.

Mme Gro Brundtland, The Elders, a déclaré : « Je demande à tous les dirigeants mondiaux de réaliser la santé pour tous par des réformes financées publiquement et axées sur les soins de santé primaires. »

Mme Winnie Byanyima, Directrice exécutive d’Oxfam International, a affirmé : « Aujourd’hui, 10 000 personne mourront parce qu’elles n’ont pas accès aux soins de santé. Est-ce là le monde où nous voulons vivre ? Pour moi, la CSU est possible, mais les pays doivent changer ce qu’ils font et de toute urgence. »

M. Omar Ishrak, Président et Directeur général de Medtronic, a noté : « En tant que voix du secteur privé, laissez-moi vous dire que nous voulons travailler avec vous. La déclaration du groupe du secteur privé pour la CSU2030 publiée hier est un bon pas en avant. »

Mme Ngozi Okojo-Iweala, Présidente du Conseil d’administration de Gavi, a rappelé : « Il est important d’aider les ministres des finances à faire de la CSU une partie fondamentale du développement économique. Nous avons tous besoin de commencer à utiliser cette nouvelle expression : utilisation efficace des ressources intérieures. »

M. Shinzo Abe, Premier Ministre du Japon, a déclaré : « Ensemble, nous devons épauler les pays, promouvoir le financement intérieur et construire un cadre pour la redevabilité mondiale. »

Mme Melinda Gates, Coprésidente de la Fondation Bill et Melinda Gates, a souligné : « La CSU est vraiment une grande idée. Ce qui est arrivé aujourd’hui prouve que les dirigeants n’ont pas peur d’être ambitieux. Les soins de santé primaires sont une première étape sur la voie vers la CSU et des sociétés équitables et florissantes. »

Pendant la première table ronde multipartite sur le thème « La CSU en tant que moteur de l’équité, du développement inclusif et de la prospérité pour tous », la Coprésidente du Comité directeur de la CSU2030, la Prof. Ilona Kickbusch, a prononcé une déclaration au nom de la CSU2030 où elle a insisté sur l’importance de la CSU comme contrat social. Elle a remarqué : « Les gouvernements ont la responsabilité première de garantir la santé de la population comme contrat social à tous les niveaux du développement. Cela signifie rassembler la société comme expression de solidarité entre les personnes qui disposent des ressources pour payer et les autres, entre les personnes en bonne santé et les malades, entre les jeunes et les personnes âgées. À l’échelle mondiale, c’est aussi un contrat social car le niveau actuel de financement est insuffisant. Cela impose une redistribution, le respect de la justice sociale et des droits, l’inclusion des groupes les plus vulnérables et marginalisés. Et cela suppose de reconnaître pleinement les droits et les contributions des femmes. »

L’UNICEF a aussi prononcé une déclaration au nom des institutions des Nations Unies qui font partie de la CSU2030 ; Gavi en a fait de même au nom des initiatives pour la santé mondiale ; alors que le Forum économique mondial s’est exprimé en représentation du groupe du secteur privé pour la CSU2030.

Si les Nations Unies ont reçu plus d’une centaine de déclarations préalables de participants non étatiques, les voix de la société civile ont disposé d’un espace limité, en particulier les populations, les communautés et les agents de santé, avec très peu d’occasions pour les acteurs non étatiques de prendre la parole pendant la réunion de haut niveau elle-même. Comme avec la consultation multipartite qui a eu lieu le 29 avril 2019, la CSU2030 a recueilli les déclarations de ses partenaires qui sont maintenant disponibles sur le site de la CSU2030.

Les groupes représentant la société civile et le secteur privé auprès de la CSU2030 participent à la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies

Commentaire de la société civile sur le Rapport mondial de suivi 2019
Les discussions et décisions de la réunion de haut niveau se sont inspirées des plus récentes données venant d’être publiées dans le « Rapport mondial de suivi sur la CSU 2019 – Les soins de santé primaires sur la voie vers la couverture santé universelle ».  Le Rapport mondial de suivi de la CSU 2019 met en garde en affirmant qu’au taux actuel de progrès, jusqu’à 5 milliards de personnes n’auront toujours pas accès aux soins de santé en 2030.

Le Mécanisme de participation de la société civile pour la CSU2030 a préparé un commentaire sur le Rapport où il a demandé davantage de données de meilleure qualité pour identifier les personnes laissées pour compte et une analyse plus approfondie des dimensions de l’équité comme le genre, l’âge, la fortune, l’ethnicité, le handicap, la situation géographique, les États en situation de fragilité et de conflit, la situation migratoire et l’orientation sexuelle.

Le groupe représentant le secteur privé auprès de la CSU2030 lance une déclaration sur la CSU
Le 22 septembre, à la veille de la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la CSU, le groupe représentant le secteur privé a publié sa déclaration sur la CSU, un exemple stimulant de la manière dont différentes parties prenantes peuvent contribuer aux efforts dans l’optique de la CSU. Le secteur privé joue déjà un rôle important puisqu’il fournit des produits et services de santé à des millions de personnes et de communautés dans le monde. La déclaration montre comment le secteur privé peut collaborer avec d’autres acteurs pour parvenir à de meilleures conditions de santé et de bien-être pout tous à tout âge.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Pour garantir des engagements politiques au plus haut niveau pour la santé, il est crucial d’identifier des mesures concrètes de suivi et saisir les prochaines occasions jusqu’en 2023 pour surveiller les progrès des engagements clés en vue de mettre en œuvre la CSU. Les gouvernements devront rendre des comptes sur leurs promesses au titre de la Déclaration. Les États Membres devront présenter un rapport aux Nations Unies en 2023 sur les progrès qu’ils auront accomplis et les citoyens dans les pays autour du monde pourront utiliser la Déclaration politique comme base pour tenir leur gouvernement comptable de ses actes. À cette fin, la CSU2030 s’efforcera de collaborer avec tous ses partenaires et le mouvement pour la CSU dans son ensemble.

Dans l’immédiat, le Groupe de coordination multipartite de la Journée de la CSU 2019 préparera des matériels de plaidoyer et de communication qui aideront à traduire les principaux éléments de la Déclaration politique en messages communs et diffusera une synthèse des principaux messages des participants à la réunion de haut niveau qui pourra être utilisée comme référence.

Événements choisis de la CSU2030 avec les partenaires

Lancement du Rapport mondial de suivi de la CSU 2019 – Les soins de santé primaires sur la voie vers la couverture santé universelle. Le rapport a été lancé le 22 septembre pendant un événement animé par le Coprésident du Comité directeur de la CSU2030, le Dr Githinji Gitahi. Les responsables de l’UNICEF et du FNUAP ainsi que des représentants de haut niveau de la Banque mondiale et de l’OCDE dont les organisations ont coproduit le rapport, ont donné leurs avis sur l’état des progrès. Des représentants de la Commission européenne, de Gavi, du Fonds mondial, du Groupe indépendant d’experts de la redevabilité (IAP) pour l’initiative Chaque femme, chaque enfant et de l’Union interparlementaire, ont aussi été invités à partager leurs idées.

Un toast pour le mouvement autour de la CSU. Cette réception, qui s’est déroulée le 23 septembre, a été parrainée par le MPSC de la CSU2030 avec les principaux partenaires de la CSU2030 pour célébrer les grandes dates du mouvement de la couverture santé universelle (par exemple la Déclaration d’Alma-Ata, la CSU dans les ODD, la création de la CSU2030, la Journée internationale de la CSU) qui ont abouti à la Déclaration politique sur la CSU en 2019.

« Se faire entendre : la participation sociale pour l’équité et la redevabilité sur la voie vers la CSU ». Cet événement a rassemblé de multiples acteurs pour partager l’expérience des pays sur les raisons qui font que la participation sociale est importante, qui elle devrait toucher et comment elle peut être mise en œuvre et soutenue efficacement.

« Atteindre les cibles de la CSU ». L’événement a réuni différentes parties prenantes pour discuter de la manière d’accroître l’impact des réunions de haut niveau de l’Assemblée générale sur la santé dans les pays. Cette table ronde animée a donné l’occasion de faire le bilan des retombées collectives de précédentes réunions de haut niveau et préparer les prochaines étapes pour la CSU. Le fait que la réunion a permis de rassembler le mouvement d’ensemble pour la CSU et des programmes de lutte contre des maladies spécifiques a envoyé un message fort, montrant que nous voulons avoir un front uni pour l’action qui englobe le mouvement pour la CSU et d’autres partenariats relatifs à la santé.

« Plus que 1460 jours ! Compte à rebours vers 2023, à mi-chemin de l’échéance des ODD ». Cet événement a été organisé parallèlement au Forum de haut niveau sur le financement du développement, pour galvaniser une action conjointe sur la manière dont nous opérationnalisons le suivi, surveillons les progrès des engagements et encourageons les investissements dans la santé et la redevabilité sociale. Il a mobilisé des orateurs ministériels et de haut niveau issus de différentes parties prenantes et a montré comment la communauté mondiale de la santé est unie pour accélérer les progrès vers la CSU et comment un éventail d’acteurs souhaitent mieux travailler ensemble.

La CSU2030 a profité de la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies pour toucher un public plus large en soutenant les événements suivants :

Ressources

Page de synthèse de la réunion de haut niveau

Déclaration politique des Nations Unies sur la CSU

Déclarations des États Membres pour la réunion de haut niveau

Déclarations d’acteurs non étatiques pour la réunion de haut niveau

Rapport mondial de suivi de la CSU 2019 – Les soins de santé primaires sur la voie vers la couverture santé universelle

Commentaire du CSEM sur le rapport mondial de suivi de la CSU 2019

Déclaration sur la CSU du groupe représentant le secteur privé auprès de la CSU2030

Perspectives des partenaires

Nouvelles sur la réunion de haut niveau
Secrétaire général de l’ONU
Organisation mondiale de la Santé
New York Times

Série de blogs de la Banque mondiale (en Anglais)

De l’ambition à l’action : comment pouvons-nous faire de la CSU une réalité ?

Prof. Ilona KickbuschDr. Githinji Gitahi, Coprésidents du Comité directeur de la CSU2030

Investir davantage, investir mieux : la société civile demande des engagements clairs pour la CSU afin de ne laisser personne de côté

Simon Wright , Amy Boldosser-Boesch, Mécanisme de participation de la société civile pour la CSUC2030

Parvenir à une couverture santé universelle : perspective de la société civile

Dr Githinji Gitahi, PDG du Groupe et Directeur général de l’AMREF Health Africa

Les gouvernements doivent prendre la tête de la quête vers la couverture santé universelle, mais ils ne réussiront pas s’ils agissent seuls

Vanessa Candeias, Forum économique mondial 

Des soins de santé primaires pour la CSU : Différentes solutions dans différents contextes

Gerard SchmetsArchana Shah, OMS 

Autres articles et blogs (en Anglais)
Évaluation par la société civile de la Déclaration politique de la réunion de haut niveau pour la CSU People’s Health Movement, Partners in Health et Medicus Mundi International

Égalité entre les sexes et CSU : approche par défaut ou pensée après coup ? par Women in Global Health

Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la CSU : Contribution et participation de MMI

Après la réunion de haut niveau sur la CSU, les responsables du plaidoyer doivent insister pour des repères clairs et un mécanisme de redevabilité sur les nombreux volets qui composent la santé pour tous By Vince Blaser et Carol Bales, IntraHealth International, Frontline Health Workers Coalition et Safeguarding Health in Conflict Coalition

Se réunir autour de la CSU : la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies par Living Goods

Pour parvenir à la CSU, les dirigeants se concentrent sur des solutions holistiques, la collaboration et l’innovation, par la Fédération internationale de l’industrie du médicament (FIIM)

Dix mots pour accélérer les progrès vers la couverture santé universelle : « Accès ponctuel aux informations essentielles sur les soins de santé » par Health information for all

Autres nouvelles

29/10/2019
24/10/2019
24/10/2019

Le rapport suivant décrit les activités menées par le CSEM de...

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.