28 janvier 2019

La deuxième réunion en face à face du groupe de travail technique de la CSU2030 sur l’évaluation des systèmes de santé s’est déroulée les 6 et 7 décembre 2018.

Évaluations des systèmes de santé : transformer les résultats en actions

Pour que les pays progressent vers la couverture santé universelle, il est vital de transformer les résultats des évaluations des systèmes de santé (ESS) en actions politiques pratiques. Mais pour y parvenir, il est capital que les informations des ESS soient liées aux dimensions de la performance comme l’équité, l’efficacité et la réactivité.

Puisque le renforcement des systèmes de santé est un moyen essentiel de parvenir à la couverture santé universelle (CSU), une analyse régulière de la performance du système de santé acquiert une importance grandissante.

Avec la performance comme élément clé, les fonctions des systèmes de santé, telles que l’administration générale, la prestation des services, le financement et la mobilisation de ressources, devraient désormais être incluses dans les évaluations des systèmes de santé.

Tels ont été les principaux messages produits par la deuxième réunion en face à face du groupe de travail technique de la CSU2030 sur l’évaluation des systèmes de santé qui s’est déroulée les 6 et 7 novembre 2018 à Genève.

La forte participation à la réunion, avec des représentants de pays et d’autres partenaires comme l’OCDE, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, GIZ, l’UNICEF, la Banque mondiale, l’OMS, FHI360, l’IPPF et Gavi, a témoigné de l’importance de la collaboration et de la consultation multipartite que facilite la CSU2030.

Pourquoi devons-nous repenser les approches de l’évaluation des systèmes de santé ?

Beaucoup de pays, en particulier ceux qui dépendent de l’aide au développement, font face à une charge croissante d’évaluations des systèmes de santé multiples et parfois contradictoires. Cela entraîne souvent des coûts élevés de transaction, avec peu de résultats réellement mis en pratique. En tant que communauté internationale de santé, nous devons nous demander si c’est là la meilleure façon d’organiser notre approche.

Le groupe de travail technique sur l’ESS a été formé officiellement en 2017 dans le but d’étudier divers outils d’ESS afin de proposer une méthode plus harmonisée et alignée d’ESS. En dernier ressort, une évaluation du système de santé doit être dirigée et prise en charge par le pays, plutôt que déclenchée par les besoins de ceux qui payent l’évaluation ou la mettent en œuvre.

Le groupe de travail technique a examiné les outils d’ESS existants afin de connaître les différentes approches utilisées pour évaluer un système de santé, et les objectifs derrière ces procédures. Il est devenu apparent que l’analyse de la performance des systèmes de santé était faite de manière inégale dans les pays.

Le groupe de travail technique a jugé qu’il était utile non seulement d’harmoniser et d’aligner les approches d’ESS, mais aussi de créer un lien plus explicite entre les données des ESS et les évaluations de la performance des systèmes de santé (EPSS). Les participants au groupe de travail technique sont parvenus à un consensus visant à regrouper le contenu des outils d’ESS examinés, conformément aux fonctions des systèmes de santé : administration générale, prestation des services financement et mobilisation des ressources.

Les discussions lors de la deuxième réunion en face à face

Actuellement, le groupe de travail technique sur les ESS centre ses travaux sur son résultat 1. (Voir ci-dessous pour la liste complète des résultats du groupe.)

La deuxième réunion en face à face a abordé le passage des évaluations des systèmes de santé aux évaluations de la performance des systèmes de santé. Les participants ont réfléchi aux mérites et aux difficultés potentielles des fonctions des systèmes de santé ; ils ont examiné l’adéquation et l’adaptation des sous-fonctions proposées et envisagé des indicateurs qualitatifs et quantitatifs potentiels de la performance.

Toomas Palu, Banque mondiale et Codirigeant de la CSU2030, et Gerard Schmets, Coordonnateur, Systèmes de santé : gouvernance, politiques et efficacité de l’assistance à l’OMS, ont tous deux souligné combien il est important que les partenaires internationaux prodiguent un appui aux pays pour réaliser et contextualiser les EPSS, ainsi que pour planifier et mettre en œuvre des changements du système suite à ces évaluations.

Le docteur Banu Ayar, du Ministère turc de la santé, a partagé des informations sur la première EPSS réalisée en Turquie, notant l’importance d’un soutien politique de haut niveau et la nécessité de compter sur une participation multipartite. « Les évaluations de la performance des systèmes de santé sont déterminantes pour guider la prise de décision politique », a-t-elle déclaré.

Le contexte est important
Les questions spécifiques au pays, comme la structure du système de santé et les influences culturelles et religieuses nationales sont capitales. Le professeur Jesse Uneke, Directeur de l’African Institute for Health Policy and Health Systems au Nigéria, a réfléchi aux difficultés rencontrées lors de la mise en œuvre de l’ESS au Nigéria en 2008. Le contexte nigérian est complexe et divers, avec 36 États, plus de 250 groupes ethniques et plusieurs religions. Le système de santé nigérian opère dans un environnement complexe et en rapide évolution, avec un vieillissement de la population et une urbanisation qui influencent la charge de morbidité. Beaucoup d’activités sont maintenant axées sur le renforcement des capacités au niveau des États pour concevoir une approche des ESS allant du bas vers le haut et qui envisage d’abord le contexte dans chaque État.

L’évaluation doit rester pratique
Une groupe de représentants nationaux venant du Ghana, de Belgique, de Turquie et du Nigéria ont souligné combien il était important de mettre en lien les résultats de l’ESS avec la mise en œuvre et de compter sur le soutien des décideurs pour ce processus. Ils ont tous réaffirmé pourquoi l’approche proposée par le groupe de travail technique de la CSU2030 devrait aider les pays à concrétiser leurs conclusions et à les traduire facilement en actions politiques. Le principal objectif est que les pays utilisent l’information obtenue par les ESS pour évaluer la performance de leur propre système de santé et qu’ils prennent des mesures en conséquence.  

Des représentants d’organisations de la société civile comme l’IPPF et FHI360, plusieurs institutions comme le Fonds mondial, l’OCDE, GIZ, Gavi et les bureaux régionaux de l’OMS pour AFRO, EURO et OPS ont tous proposé une approche opérationnelle facile à utiliser et qui ne soit pas trop théorique, avec moins d’indicateurs pour réduire la charge que suppose le recueil des données.

Dans ses remarques finales, le docteur Agnes Soucat, Directrice de la gouvernance et du financement des systèmes de santé à l’OMS, a réaffirmé l’importance de l’approche. « Des évaluations harmonisées des systèmes et les résultats spécifiques du groupe de travail technique sur l’ESS sont essentiels à l’ère des ODD où le renforcement des systèmes de santé est un tremplin pour parvenir jusqu’à la CSU. »

Informations générales sur le groupe de travail technique sur l’ESS

Ajouter lien : https://www.uhc2030.org/what-we-do/coordination-of-health-system-strengthening/uhc2030-technical-working-groups/health-systems-assessment-technical-working-group/

Quels sont les résultats attendus du groupe de travail technique ?


Résultat 1 : Mise au point d’un modèle annoté recommandé par la CSU2030 pour réaliser des évaluations (de la performance) des systèmes de santé, qui inclura la taxonomie, des définitions de travail et un ensemble d’indicateurs de base.

Résultat 2 : Mise au point de conseils de la CSU2030 sur les E(P)SS, qui intégreront une évaluation de la performance et seront fondés sur les principes d’appropriation et de leadership des pays.

Résultat 3 : Mise au point d’une base de connaissances de la CSU2030 autour des E(P)SS et appui à l’apprentissage transnational.

Résultat 4 : Plaidoyer pour faire accepter les résultats du groupe de travail technique de la CSU2030 afin de promouvoir un environnement des E(P)SS qui soit plus propice à la redevabilité.

Autres nouvelles

10/04/2019

Collaboration du secteur privé en vue d’atteindre la CSU –...

08/04/2019
04/04/2019
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.