13 juin 2018

Événement parallèle à la 71e Assemblée mondiale de la Santé, Genève, Suisse.

Appel à l’action : faire avancer la CSU dans les situations d’urgence

L’événement était placé sous les auspices des Gouvernements afghan et suisse et coparrainé par les Pays-Bas, le Nigéria, la Somalie, le Canada, la Guinée et la République centrafricaine. Parmi les autres co-organisateurs figuraient l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Groupe de la Banque mondiale, la CSU2030, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le Consortium ReBUILD et Chatham House. 

La contribution de la CSU2030 à cet événement s’est effectuée par le biais du Groupe de travail technique sur le soutien aux pays placés dans un environnement fragile ou difficile, à l’appui de nos objectifs qui sont d’accroître la visibilité du programme de travail et d’offrir une plateforme où les partenaires peuvent échanger et en savoir plus sur le sens des progrès vers la CSU dans des contextes de fragilité, de conflit et de crise.

Le Président Berset a reconnu qu’il était urgent d’améliorer les résultats en faveur des populations laissées pour compte, dans le respect de la résolution 2286 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les attaques contre les services de santé. Par conséquent, un appel à l’action aidera à mobiliser et affermir la volonté politique. Le Ministre afghan de la Santé, M. Ferozuddin Feroz, a évoqué la possibilité de jeter des fondements solides vers la CSU en dépit de conflits prolongés et de situations d’urgence.

La Ministre néerlandaise du Commerce extérieur et de la Coopération au Développement, Mme Sigrid Kaag, a souligné l’importance de services de qualité rapides et ininterrompus pendant les conflits, notant en particulier le poids de la santé et des droits sexuels et reproductifs, et des services de santé mentale, qui sont secteurs « orphelins » à ce jour. Elle s’est aussi fait l’écho d’un appel pour le respect et la redevabilité quant à la résolution 2286, qui n’a pas été véritablement mise en œuvre. 

Le Ministre centrafricain de la Santé Publique et de la Population, Pierre Somse, a affirmé que « la CSU favorise l’éclosion de la paix dans les crises », et a présenté le cadre de la République centrafricaine qui instaure une autorité nationale de santé unique, un unique cadre national fondé sur les résultats et un unique plan de suivi et d’évaluation pour promouvoir l’alignement entre les différentes parties prenantes. La Ministre somalienne de la Santé et de la Protection sociale, Fowsiya Abiikar Nur, a exprimé son attachement à la CSU, qui doit comporter une redevabilité mutuelle entre partenaires. Elle a évoqué les difficultés en Somalie avec des dépenses élevées restant à la charge des patients et la répartition des personnels de santé. 

Le docteur Peter Salama, Directeur général adjoint de l’OMS pour la préparation aux situations de crise et interventions, a noté les mesures suivantes qui peuvent faire progresser la CSU dans les environnements fragiles : une administration ferme et un solide leadership du gouvernement, un plan national de santé complet, un ensemble essentiel de services, des systèmes en place pour le flux de produits de base et de finances, un suivi indépendant, et un soutien souple des donateurs pour permettre une planification pluriannuelle.

Abordant l’importance des communautés comme premiers répondants, le docteur Emanuele Capobianco, de la FICR, a demandé de se concentrer en premier lieu sur les populations les plus difficiles à atteindre. Le docteur Michele Gragnolati, du Groupe de la Banque mondiale, a reconfirmé les engagements croissants du Groupe en faveur des pays fragiles et touchés par des conflits au titre de la 18e reconstitution des ressources de l'Association internationale de développement (IDA-18), avec 33 millions de dollars, et son soutien indéfectible pour créer un impact, notamment en Afghanistan et dans la région des Grands Lacs. Le Groupe de la Banque mondiale soutient le renforcement des systèmes de santé dans les situations avant, pendant et après les crises, en étroite collaboration avec d’autres partenaires, par exemple la DARES et la CSU2030.

Le docteur Tim Martineau, représentant le consortium ReBUILD, a partagé les conclusions des recherches sur les systèmes de santé dans les environnements d’après conflit, en particulier la nécessité de compter sur une réflexion et une coordination des systèmes tout en répondant aux situations d’urgence, et les besoins en données factuelles pour guider l’action. Les deux orateurs ont noté que les différentes parties prenantes devaient collaborer sur ce programme, en reconnaissant les mérites du Groupe de travail technique de la CSU2030. 

La CSU2030 est prête à travailler avec les Gouvernements suisse et afghan pour façonner l’appel à l’action et mobiliser un soutien pluripartite, afin que les situations d’urgence et les réseaux du développement humanitaire ne soient pas oubliés dans les activités mondiales pour progresser vers la CSU.

Autres nouvelles

08/10/2018

The UHC2030 Technical Working Group on sustainability and...

08/10/2018

Civil society active in calling for universal health coverage at...

08/10/2018
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.